RDC: un Parquet spécial s’impose contre les crimes économiques

RDC: un Parquet spécial s’impose contre les crimes économiques

2 mai 2020 0 Par Rédaction

La République démocratique du Congo (RDC), cet immense scandale géologique, vit sous transfusion.

Tous les rapports d’enquêtes nationales (officielles ou de la société civile) et internationales (des institutions internationales ou des ONG) mettent en lumière le fait que la RDC est saignée à blanc depuis des dizaines d’années.

Une analyse du professeur Gamela, se fondant sur l' »affaire des détournements des fonds publics alloués au programme d’urgence de 100 jours du président Félix Tshisekedi », note que chaque jour qui passe apporte son lot de révélations.

Leur ampleur est telle que la RDC baigne dans une véritable catastrophe économique, aggravée par les effets dévastateurs de la pandémie de Coronavirus.

Le Parquet, toutes affaires cessantes

Le professeur Gamela est d’avis que, si les autorités congolaises veulent vraiment donner un coup de pied dans la fourmilière, moraliser une fois pour toutes la vie politique, renflouer les caisses de l’État et mettre fin à la saignée des caisses publiques, elles doivent créer, toutes affaires cessantes, un Parquet spécial qui ne s’occupera que des crimes économiques.

Ce faisant, l’avantage est double.
« Ce Parquet ne sera pas distrait par d’autres dossiers. Il sera assisté par de grands specialistes en comptabilité et en finances, capables de démonter tous les montages mafieux« , soutient le professeur Gamela.

La création de ce Parquet spécial, explique-t-il, doit aller de pair avec la redynamisation de deux institutions qui ont été fagocitées pour les rendre totalement inefficaces et protéger ainsi l’armée des criminels économiques en libre circulation. Il s’agit de la Cour des comptes qui a été privée de moyens et dont la présidence à été confiée à un fonctionnaire à peine visible.

Il y a aussi l’Inspection générale des finances, qui a été littéralement annexée à la présidence de la République pour mieux la neutraliser.

« Le courage des animateurs de nos institutions est plus que jamais requis pour sauver un peuple en danger, puisque menacé de disparition par le Coronavirus« , a-t-il conclu dans sa réflexion sur les remèdes contre l’état piteux des finances de la RDC.

Bajika Ndeba