RDC: la société civile exige le  changement de firme pour le marché des passeports

RDC: la société civile exige le changement de firme pour le marché des passeports

13 mai 2020 0 Par Rédaction

Treize (13)  organisations de la société civile, agissant sous le Collectif « Le Congo n’est pas à vendre », exigent la publication sans délais des informations sur la procédure de passation du  marché des  passeports congolais.

Le collectif demande également au Chef de l’État de « confirmer » que le contrat des passeports avec la firme Belge Semlex SA ne soit pas renouvelé.

Les revendications sont contenues dans un communiqué, signé mercredi 13 mai 2020 dont une copie est parvenue à la rédaction de medi@plus online. Les 13 organisations signataires sont déterminées à en finir avec la firme belge dont le contrat est arrivé à terme. RECIC, ODEP, OCIDC, UNIS Congo, CDC, LUCHA, FILIMBI, OEARSE, Ressources Matters, PPLAAF, Congo Nouveau, ACIDH et Afrewatch demandent, par ailleurs, à la justice congolaise d’ouvrir une enquête pour corruption, abus de pouvoir et autres délits envers les personnes impliquées dans les négociations du contrat de 2015.

L’appel du collectif « Le Congo n’est pas à vendre » intervient alors que, dans le cadre de la campagne de lutte contre la corruption, 51 citoyens congolais se sont constitués partie civile, le vendredi 8 mai 2020, dans l’enquête judiciaire en cours en Belgique contre la société SA Semlex Europe.

Le Réseau Panafricain pour la Lutte contre la Corruption (UNIS), la Fédération Internationale pour les Droits Humains et la Ligue des droits humains ont également déposé plainte dans le cadre de la même affaire.

Les treize organisations estiment que le président Félix Tshisekedi, le Premier ministre et la ministre des Affaires étrangères feront tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre fin à la cacophonie dans l’octroi des passeports.

Outre le fait que le passeport congolais est le plus cher au monde, les gymnastiques, la longue durée et les pratiques de corruption dans l’octroi de ce document constituent d’autres pesanteurs. 

Et, alors que le président de la République avait promis la baisse sensible du prix d’acquisition du passeport congolais, rien n’est encore fait à ce jour,  les lignes semblant  pas bouger.

Bajika Ndeba