RDC : À quand les états généraux de la presse?

RDC : À quand les états généraux de la presse?

2 juin 2020 0 Par Rédaction

Une année et demi après l’arrivée au pouvoir du président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, la presse congolaise est toujours considérée comme un enfant orphelin, alors que le successeur de Joseph Kabila avait promis de faire de la presse congolaise un véritable quatrième pouvoir.

Dans l’entourage de David-Jolino Makelele, ministre d’État en charge de Communication et des Médias, l’on semble en être bien conscient de la nécessité de la tenue des états généraux de la presse.

« Il est vrai que les acteurs du secteur ont déjà procédé à l’étiologie des problèmes auxquels nos médias sont confrontés depuis des années », explique un proche du ministre Jolino Makelele. Ce dernier signale que son secteur assiste à la naissance des organes de presse surtout les médias en ligne.

 » Depuis, nous assistons à un foisonnement des médias en ligne et de ses nouvelles problématiques. C’est pourquoi, David-Jolino Makelele plaide pour l’organisation des états généraux de la presse devant conduire à des réformes. », précise -t-il. Autrement dit, pas de projet de loi modifiant la loi de 1996 sans états généraux de la presse par exemple.

« Il est toujours indiqué de prendre en compte tous les éléments : contexte politique, implications internes et externes, points de vue des acteurs, … », répond un autre conseiller du ministre Makelele.

Pour ce moment, aucune date n’a cependant été arrêtée pour ces états généraux de la presse. Les fonds qui seraient nécessaires à leur organisation ne sont pas disponibles

La situation se complique avec la crise sanitaire et socio-économique du coronavirus.

Média, un secteur à assainir

Cette grand-messe est très attendue pour mettre de l’ordre dans le secteur médiatique congolais, un secteur qui doit également être assaini tant il compte depuis des années des « moutons noirs », une métaphore attribuée dans le milieu à des personnes qui se revendiquent journalistes sans l’être et sans aucun respect de la déontologie.

Le ministre Jolino Makelele appelle toujours à la responsabilité des journalistes congolais.

En effet, les états généraux de la presse serait une occasion pour faire un état des lieux, rectifier les tirs et, in fine, avoir un projet de révision de la loi de 1996 qui découleraient des discussions entre experts de médias.

GK