Procès 100 jours : « Trois choses. desservent la défense de Kamerhe » (Jean-Pierre Alumba)

Procès 100 jours : « Trois choses. desservent la défense de Kamerhe » (Jean-Pierre Alumba)

3 juin 2020 0 Par Rédaction

Jean-Pierre Alumba Lukamba, président de la Diaspora africaine pour le développement, une organisation de la société civile congolaise, suit de près l’instruction du procès de 100 jours où le directeur de cabinet du Chef de l’État, Vital Kamerhe, et d’autres prévenus, sont accusés de détournement des deniers publics par la justice congolaise.

Joint exclusivement par Medi@plus, Jean-Pierre Alumba révèle deux ou trois choses qui desservent la défense de Kamerhe.

Primo, il regrette de voir Vital Kamerhe plaider l’innocence dans un dossier où, visiblement, il ne sera jamais acquitté. Ensuite, il déplore de voir Vital Kamerhe faire comprendre aux juges que c’est un autre qui devrait être à sa place et non lui-même.

«  Sa diversion et le fait de beaucoup parler avec une prétention démesurée risquent d’énerver les juges« , note Jean-Pierre Alumba. Pour lui, Vital Kamerhe joue sa vie, mais croit le faire comme dans un jeu de poker.

Alumba estime que les avocats de Vital Kamerhe devraient le tenir à la discipline d’un procès pénal.

 » Je l’avais dit la fois passée que ces témoins qu’il a cités vont encore l’enfoncer comme l’a fait aujourd’hui le ministre honoraire Justin Bitakwira et le directeur de la Direction générale de passation des marchés publics. Son orgueil et son arrogance vont précéder sa ruine« , prédit déjà Alumba qui estime que le procès est encore au niveau de l’instruction.

Mais, il constate que Vital Kamerhe fait déjà sa plaidoirie et dit beaucoup de choses qui vont être retenues contre lui dans la suite du procès.

Jean-Pierre Alumba est d’avis que Vital Kamerhe va donner à ses avocats un grand travail, par la suite, pour réduire ses peines.

GK