Kinshasa : le mariage de gré à gré en vogue

Kinshasa : le mariage de gré à gré en vogue

10 juin 2020 0 Par Rédaction

Les Kinois ont désormais dénaturé et vidé de tout son sens l’expression de « gré à gré », en la contextualisant à leur vécu quotidien. Ainsi l’emploient-ils pour désigner tout ce qui se fait entre deux amoureux, sans intervention de tierce personne. Mais aussi, une union conjugale  » illégitime « , celle qui n’est pas passée par le mariage coutumier, civil ou religieux.

Les Congolais sont trop inventifs et aiment actualiser leurs connaissances au gré des vagues.

Par ce temps qui court, le procès dit de  » 100 jours » a permis à la population d’apprendre de nouveaux vocabulaires, également des expressions anciennes, mais toujours neuves. Des mots et phrases non inusités pour les uns, mais connus des autres.

Les Kinois les ont intégrés dans leur langage de chaque jour. C’est le cas de  » pièces contre pièces »,  » votre honneur « , « de gré à gré ».

Ces expressions et vocabulaires sont revenus constamment dans les interventions de toutes les parties lors des quatre audiences ayant eu lieu à la prison de Makala.

Les Kinois, dans leur souci d’améliorer la locution et d’innover, ont trouvé une formule en français pour désigner le mariage qui n’a pas suivi la procédure normale, une union gratuite, souvent peu recommandée.

Le « mariage de gré à gré », voilà la nouvelle invention kinoise. C’est une union des célibataires d’un âge très avancé qui refusent de mourir tels quels. Les deux conjoints décident de vivre ensemble sans versement de dot par le fameux mari.

Les plus jeunes parlent également d’une relation amoureuse  » de gré à gré », pour signifier une entente entre une fille et un garçon, sans intermédiaire.

C’est le propos de la population de la capitale Kinshasa. L’expression « votre honneur », utilisée pour s’adresser au président du tribunal, est désormais sur toutes les lèvres.

« Votre honneur » est employé dans la conversation, salutation, mais aussi pour clôturer tout entretien.

Souvent ça suscite le rire entre les utilisateurs.

Bajika Ndeba