RDC : le pays des élus des familles

RDC : le pays des élus des familles

13 juin 2020 0 Par Rédaction

Il est amer de se rappeler les discours électoraux tenus par ceux qui ont été élus en décembre 2018. Le dire tout haut, ne s’avère pas un problème humiliant à l’heure actuelle. Pour obtenir les voix de pauvres électeurs, les députés avaient développé une rhétorique démagogique. Et la fête passée, adieu le saint, dit-on.

Pourtant, le peuple clochardisé ne demande pas du pain ni polo à leurs représentants, mais une intercession auprès des décideurs pour l’amélioration du social. C’est en plaidant pour des conditions de vie plus humaines, qu’on peut récompenser toutes ces mamans, ces jeunes et vieux qui ont voté pour leurs représentants. C’est le prix à payer.

A contrario, les fameux représentants du peuple se dénaturent pour devenir élus de leurs propres familles.  » Aucune initiative jusque là dans le sens d’améliorer le vécu quotidien du peuple congolais « , s’inquiète un étudiant de l’Université nationale pédagogique (UPN).

Vendredi 12 juin, la présidente du Bureau de l’Assemblée nationale, Jeannine Mabunda a adressé une correspondance au Premier ministre pour réclamer une augmentation des émoluments du député national de 2000 USD, et 50% des frais de fonctionnement. C’est pendant que le pays traverse une crise dictée par la covid-19.

Sous d’autres cieux, les salaires des députés et d’autres responsables politiques sont revus à la baisse pour réduire le train de vie des politiques. Au pays de Tshisekedi, c’est l’inverse. Les représentants du peuple connaissent mieux la disette qui paupérise les citoyens lambdas. Ces derniers vivent en deçà de 1$ le jour.

 » La demande de Jeaninne Mabunda est une insulte au peuple congolais et aux fonctionnaires de l’État que nous sommes dans cette période de récession économique. Une mobilisation générale s’impose pour faire échec à ces jouisseurs de la République « , martèle Raphaël Nyemabo, congolais en furie.

La demande de Mabunda est sévèrement critiquée dans l’opinion congolaise. Les jeunes désœuvrés, ceux qui évoluent dans l’informel et les fonctionnaires de l’État, tous estiment que les députés se moquent éperdument de la souffrance du peuple. Dans la foulée, les Congolais pensent que l’Assemblée nationale regorge des élus de leurs familles et non du peuple.

Bajika Ndeba