COVID-19 : le Nord-Kivu franchit la barre de 40 guéris

COVID-19 : le Nord-Kivu franchit la barre de 40 guéris

15 juin 2020 0 Par Rédaction

Le nombre des vainqueurs du Coronavirus au Nord-Kivu continue de grimper. Sur un cumul de 54 cas testés positifs à la pandémie, la province vient d’enregistrer 43 personnes guéries depuis l’apparition de la maladie dans cette partie de la République démocratique du Congo.

Lundi 15 juin 2020, ce sont 5 autres malades qui ont été déchargés du Centre de traitement, après avoir passé quelques jours d’hospitalisation.

L’annonce de la nouvelle vient des autorités provinciales, à travers un communiqué sur l’état sanitaire, publié le même lundi, par le docteur Moise Kanyere, ministre provincial de la Santé.

Il a félicité la bravoure de toutes les parties pour aboutir à ces résultats.

Parmi ces nouvelles personnes déchargées, 3 suivaient le traitement dans la ville de Beni et 2 à Goma.

Et, grâce à cette victoire, seuls 2 malades restent suivis sur toute l’étendue du Nord-Kivu, après les rapatriement de 4 autres cas étrangers.

Cependant, les autorités provinciales du Nord-Kivu continuent de présenter le danger qu’il y a pour une pandémie qui se propage assez rapidement. Sans célébrer la victoire, le gouvernement provincial appelle la population à appliquer les règles édictées par le pouvoir public pour lutter efficacement contre ce virus mortel.

« Le gouvernement du Nord-Kivu informe que la province a déchargé 5 guéris : 3 à Beni et 2 à Goma. Le cumul reste de 54 cas confirmés, dont 43 guéris, 5 décès, 4 retournés dans leur pays et 2 sous
traitement. Le gouvernement saisit l’occasion pour rappeler que le risque de contamination à la COVID-19 est réel et reste élevé dans la province. Par conséquent, il réitère son appel au strict respect des mesures barrières
« , recommande-t-il.

Suite à ses frontières avec les pays voisins, dont l’Ouganda et le Rwanda, le Nord-Kivu reste sous une grande menace de la pandémie à cause des entrées et sorties clandestines toujours d’actualités.

En outre, les mouvements entre Kinshasa et l’intérieur du pays n’écartent pas le risque très élevé de contamination.

Charles Mapinduzi Bin Kisatiro