Kongo Central : le maire de Boma renforce les mesures sécuritaires dans la ville

Kongo Central : le maire de Boma renforce les mesures sécuritaires dans la ville

15 juin 2020 0 Par Rédaction

En cette période de confinement, les activités économiques et commerciales au Kongo Central connaissent une léthargie. En même temps, l’insécurité s’est installée à Boma où, également, les mesures barrières contre le Coronavirus ne sont pas respectées.

Le maire Marie-José Niongo Nsuami a effectué récemment une série de visites de travail dans les trois communes de la ville, pour se rendre compte de leur gestion politico-administrative et, surtout, sécuritaire, renseigne un contact de Medi@plus basé à Boma.

C’est par la municipalité de Kalamu que le maire de Boma a clôturé son itinérance, qui a débuté le 5 juin 2020 par la commune de Kabondo, en passant par celle de Nzadi.

« Il y a quand même beaucoup de bonnes choses pour lesquelles je les ai félicités. Et les acquis doivent être consolidés. Toutefois, des points faibles ont été enregistrés et pour lesquels nous avons décidé, sans tarder, le renforcement des capacités des chefs de quartiers et leurs adjoints en ce qui concerne, notamment, la sécurité collective et les mesures de prévention liées au Covid-19″, a dit Marie-José Niongo Nsuami, en guise de bilan.

Elle a insisté sur le fait qu' » il faut impliquer les chefs de quartiers pour que la répression soit de mise« .

« Nous sommes obligés de nous protéger de peur de mourir tous », a-t-elle ajouté.

Après le passage du maire, le bourgmestre de Nzadi, Hervé Mandudi Nzinga, a réuni les 17 chefs de quartiers de sa commune pour la mise en application des recommandations formulées par le maire de la ville.

Durant 60 minutes, Hervé Mandudi Nzinga a invité ses collaborateurs à mettre en oeuvre, sans faille, les recommandations du maire de la ville.

Dans le cadre du respect des gestes barrières contre le Coronavirus, il a remis, à chaque chef de quartier, un kit de lave-mains, du savon et quelques masques, à la grande satisfaction des bénéficiaires.

Par Olivier Dioso