RDC: le juge Raphaël Yanyi a été victime d’un homicide

RDC: le juge Raphaël Yanyi a été victime d’un homicide

17 juin 2020 0 Par Rédaction

D’après les résultats de l’autopsie faite sur le corps du juge Raphaël Yanyi, ce dernier a été tué et est décédé des suites d’une hémorragie intracrânienne, due aux coups qu’il a reçus au niveau du crâne. On note également l’existence des substances toxiques à dose non létales dans le corps du défunt.

Le vice-Premier ministre, ministre de la Justice, Célestin Tunda Yakasende a, dans un communiqué officiel publié, mardi 16 juin 2020, annoncé les résultats tant attendus de l’autopsie qui devrait fixer l’opinion sur la cause réelle du décès de ce haut magistrat, alors juge président du procès opposant Vital Kamerhe et consorts à la République dans une affaire de détournement des deniers publics, dans le volet « Maisons préfabriquées ».

Mais au-delà de ces résultats de l’autopsie, le flou persiste encore en ce qui concerne les circonstances de ce meurtre odieux; les auteurs et commanditaires de celui-ci. Sur ce point, l’opinion reste sur sa soif. Toutefois, le gouvernement congolais annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire afin d’éclairer l’opinion quant à ce.

Autopsie en deux étapes

« À l’issue de l’information judiciaire ouverte à l’office du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe (…) l’autopsie a été faite en deux étapes ; une autopsie corporelle, d’une part, et une autopsie des organes internes, d’autre part. Il en ressort que le juge Yanyi Ovungu est décédé des suites d’une hémorragie intracrânienne résultant d’un traumatisme cranio-encéphalique. L’autopsie a également révélé l’existence des substances toxiques à dose non létales dans le corps du défunt », note-t-on dans ce communiqué officiel du ministre de la Justice.

C’est un ouf de soulagement après l’annonce de ces résultats. Cependant, l’opinion attend en savoir plus sur le tueur du juge Yanyi, craignant par la même occasion, que l’enquête annoncée pour déterminer les circonstances de cette mort n’aboutisse.

« Au vu de ces rapports, le vice-Premier ministre, ministre de la Justice annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire devant permettre d’élucider les circonstances de ce meurtre, d’en identifier les auteurs et de les sanctionner avec toute la rigueur de la loi », indique le communiqué.

Raphaël Yanyi, martyr de l’État de droit

Tout en condamnant cet « acte ignoble », le gouvernement appelle la population au calme, réitère sa compassion à l’endroit de la famille éprouvée et marque son soutien à l’ensemble du corps des magistrats, à qui il demande « de ne pas céder aux intimidations, d’où qu’elles viennent ».

Pour rappel, le juge Yanyi (une cinquantaine révolue) est décédé dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 mai dernier à Kinshasa, après avoir présidé sa deuxième audience du procès qui oppose les prévenus Vital Kamerhe, SamihJammal et Jeannot Muhima au Ministère public.

Vital Kamerhe est poursuivi pour le détournement présumé de 57 millions de dollars de fonds publics, destinés à la construction des maisons préfabriquées.

Par ailleurs, en dépit du décès de Raphaël Yanyi, « martyr de l’État de droit », le pocès dit du siècle a repris son cours normal et le verdict est attendu le samedi 20 juin 2020.

Par Stanislas Ntambwe