Kwilu : PAPAKIN intervient dans la transformation des produits agricoles

Kwilu : PAPAKIN intervient dans la transformation des produits agricoles

22 juin 2020 0 Par Rédaction

Les agriculteurs de Bulungu et Bongo dans la province du Kwilu et Kinshasa ont poussé un ouf de soulagement avec la construction des centres de transformation des produits agricoles post-récolte, grâce à l’intervention du Programme d’appui aux points d’approvisionnement de Kinshasa (PAPAKIN), en produits vivriers et maraîchers auprès des ménages de la capitale de la RD Congo, rapporte la RTNC.

Cela constitue une réponse aux doléances des agriculteurs relatives aux mauvaises conditions de conservation des produits agricoles post récolte.

Au total, 6.000 ménages agricoles, regroupés au sein de trois ONGD, à travers trois territoires du Kwilu (Kilongo, Gungu et Kinshasa) ont bénéficié de 23 centres de transformation avec 3 barques et 23 entrepôts.

Avec ces infrastructures post-récolte, PAPAKIN, avec le financement du Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA), va s’assurer que rien ne se perd après les récoltes. Cela a été un motif de satisfaction pour les bénéficiaires.

« J’ai le sentiment de joie, d’allégresse parce que le Seigneur à exaucé ma prière à travers le FIDA. J’ai, aujourd’hui, un hangar bien aménagé. Et les machines nous permettent de bien travailler« , s’est extasiée une femme bénéficiaire.

« Par rapport aux machines de transformation, nous venons d’apprendre qu’elles sont déjà à Kikwit. Pour cela, nous jetons des fleurs à PAPAKIN. Vous savez que toute société rurale s’est toujours développée avec l’économie de la cueillette. Tout ce que nous faisons aujourd’hui, c’est de la cueillette : notamment aller dans la forêt cueillir des mangues, récolter le maïs et le manioc. Mais, la transformation apporte une valeur ajoutée à ce que le paysan produit », s’est réjoui un autre bénéficiaire.

Chaque ONGD bénéficient d’un entrepôt d’une capacité de 1.000 tonnes, d’un centre de transformation comprenant, entre autres, un moulin mixte de 6.000 Kg/h.

Kongo Central : transformation des produits agricoles à Madimba

Dans le même registre, au Kongo Central, l’ancien ambassadeur itinérant et l’un des notables du district de la Lukaya, Antoine Ghonda Mangalibi, s’est tourné vers l’agriculture pour alimenter la province en denrées alimentaires, grâce aux travaux champêtres et à la transformation des produits agricoles.

Depuis l’annonce de l’état d’urgence sanitaire en RDC, suite à la pandémie de la COVID-19, Antoine Ghonda n’a cessé d’accompagner ses électeurs à travers plusieurs campagnes de sensibilisation afin d’éradiquer la propagation de cette pandémie dans son fief électoral, le Kongo Central à vocation foncièrement agricole.

Et pour lier la parole à l’acte, l’élu de Madimba et la Fondation qui porte son nom ont inondé le marché de cette contrée des produits agricoles de première nécessité pour permettre à la population de s’approvisionner à moindres coûts. Une initiative qui tombe à point nommé pour cette province frappée par la réduction drastique de ses activités, dont le gros dépend des ports de Matadi et de Boma où les bateaux n’accostent même plus suite à la fermeture des frontières en cette période de crise sanitaire.

C’est dans cette logique que l’élu de Madimba a fait le choix de la production locale pour assister ses compatriotes avec des produits agricoles sortant de ses terres. D’où, le lancement, récemment, du conditionnement de la farine de manioc grâce à la main-d’oeuvre des producteurs locaux.

Dénommée « Farine de Mbuela », cette production va être écoulée localement pour soutenir les ménages les plus modestes.

Selon la projection, la production de ces cossettes de manioc ainsi conditionnées, à intervalles réguliers pour donner de la valeur ajoutée à la production locale et ainsi relever les revenus des producteurs de cette « farine de Mbuela », les produits de vente seront destinés au financement des œuvres sociales.

Toujours au profit de la population de Madimba, mieux de la Lukaya, dans ce lot de produits agricoles lancés sur le marché, figure aussi le miel pur recueilli grâce à l’apiculture avec 1.000 ruches d’abeilles.

Dans la même optique, la Fondation Antoine Ghonda a annoncé sa chaîne de solidarité agricole, avec, au départ, la dotation des véhicules aux agriculteurs et paysans devant permettre l’évaluation des produits.

Par Olivier Dioso