Manquements du ministre Tunda : Ntumba Luaba fustige le comportement du Premier ministre envers le Chef de l’Etat

Manquements du ministre Tunda : Ntumba Luaba fustige le comportement du Premier ministre envers le Chef de l’Etat

28 juin 2020 0 Par Rédaction

Réagissant à l’interpellation du vice-Premier ministre en charge de la Justice par le Parquet près la Cour de cassation, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba s’est empressé de tenir une réunion le même jour, dont la nature était difficile à définir, même le format ou la dénomination.

Le professeur Alphonse-Daniel Ntumba Luaba Lumu note que, le samedi 27 juin 2020, se sont réunis autour du Premier ministre, des vice-Premiers ministres, des ministres d’État, des ministres et vice-ministres, sans préciser lesquels.

Apparemment, fait-il remarquer, le Premier ministre ne s’est réuni qu’avec une partie du gouvernement, essentiellement les membres d’une composante.

Et lui de demander : « On ne sait pas s’il s’agit d’une Commission interministérielle. Laquelle ? Lorsque le président de la République est là, le Premier ministre peut-il tenir une réunion de Cabinet sans obtenir l’autorisation ou prévenir le Chef de l’État ? ».

Et, d’interroger :

« Depuis quand le Premier ministre communique avec le Chef de l’État à travers un texte lu et rendu public par son porte-parole ? ».

À ce sujet, il relève que le vice-Premier ministre en charge de la Justice a été interpellé par le Procureur général, non sur la base des propos tenus au Conseil des ministres, mais à cause des écrits fallacieux écrits et adressés à l’Assemblée nationale au nom du gouvernement et du Conseil des ministres. Écrits rédigés en catimini et qui n’ont jamais été soumis ni au président de la République, ni au chef du gouvernement moins encore au Conseil des ministres ?

Le professeur Ntumba Luaba voudrait savoir ce que pense son collègue Ilunga Ilunkamba de cette substitution subtile et pernicieuse d’un ministre au gouvernement, dans l’ignorance de celui-ci.

« Lorsque le Premier ministre a constaté de tels faits, pourquoi n’a t-il pas eu le courage d’en tirer conséquence ? », a-t-il encore interrogé.

Ntumba Luaba est étonné aussi de voir que le vice-Premier ministre, qui n’ignore pas sa lettre et ses recommandations à ce sujet, n’ait fait l’objet d’aucune demande d’explication et ou d’une mise en demeure.

Bien au contraire, le Conseil des ministres, composé de la partie qui lui est solidaire, constate que le vice-Premier ministre en charge de la Justice a envoyé les avis à son initiative personnelle, donc dans l’ignorance superbe du gouvernement, mais n’en tire pas conséquence, et cherche même à couvrir cette faute. Ce qui n’est rien d’autre que de la complaisance.

Ilunga Ilunkamba, représentant syndical !

« Depuis quand, sur un ton péremptoire et dans des accents d’un chef ou représentant syndical d’une composante d’une partie du gouvernement, un Premier ministre adresse-t-il des recommandations publiques au président de la République et lui demande de faire respecter la Constitution? C’est là la courtoisie, voire le respect qu’un Premier ministre doit avoir à l’endroit d’un Président de la République », s’indigne le professeur Tumba Luaba.

Encore une question de ce professeur de droit : « Qui assure le secret des délibérations du Conseil des ministres ? Est-ce le Chef de l’État ou le chef du gouvernement ? ».

À son avis, ce texte de la Primature fait apparaître que celle-ci est aussi engagée dans la bataille de l’abaissement de la Justice. Cela, du fait que le Premier ministre, qui n’a pas su ou pu demander des explications ou sanctionner les fautes commises par le ministre de la Justice, se met à solliciter du Chef de l’État d’obtenir la sanction de certains magistrats.

Pour Ntumba Luaba donc, en homme d’État, un Premier ministre ne s’adresse pas au président de la République à travers un communiqué lu par son porte-parole.

C’est un déficit de courtoisie républicaine. Ce n’est pas l’attitude d’un homme d’État.

C’est un agissement syndical d’un chef d’une composante gouvernementale.

Par D. Mupompa