Eric Dupond-Moretti : cet avocat de Moïse Katumbi devenu ministre en France

Eric Dupond-Moretti : cet avocat de Moïse Katumbi devenu ministre en France

7 juillet 2020 0 Par Rédaction

L’opinion internationale a assisté, lundi 6 juillet, en France, à la nomination du premier gouvernement de Jean Castex. Le nouveau Premier ministre a confié la charge de la Justice à un ancien professionnel de barreau : Eric Dupond-Moretti, mieux connu dans les milieux politiques congolais pour avoir défendu l’opposant Moïse Katumbi, poursuivi en 2018, devant la Cour suprême de Justice, pour atteinte à la sûreté nationale dans l’affaire de recrutement des présumés mercenaires américains.

Les médias français, qui qualifient sa nomination d’une grande surprise, le décrivent comme une figure incontournable des Palais de justice et avocat des dossiers les plus médiatisés. Et celui du Congolais Moïse Katumbi en est un. En effet, en 2018, cet avocat s’est illustré devant les juges avec une plaidoirie très musclée en faveur de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga.

« Le pouvoir de M. Kabila veut exclure à tout prix Moïse Katumbi du processus électoral en RDC », dénonçait cet avocat qui a rejoint la défense de l’opposant congolais en mai 2016. Ce fut un appui de taille à la défense de l’opposant populaire. L’avocat français a saisi toutes les instances internationales pour que justice soit faite en faveur de son client. Résultat : la Cour suprême a suspendu cette affaire en juin 2019 parce qu’il y avait trop d’irrégularités dans ce dossier.

Deux ans après, Eric Dupond-Moretti, 59 ans, a accepté de quitter sa robe pour enfiler le costume et assumer les charges du ministre français de la Justice et Garde des Sceaux. Voilà un proche de Moïse qui occupe un poste très important dans un des gouvernements ayant voix dans la topologie des relations internationales.

Ce qui n’est pas sans conséquence sur la scène politique congolaise qui se prépare à affronter les échéances électorales en 2023. De ce point de vue, les observateurs ne peuvent pas occulter le fait que l’ancien gouverneur cherchera à venger la présidentielle ratée de décembre 2018. Il a toujours affiché son intention de briguer la magistrature suprême. Et en 2023, il a un lobbying international de taille : un ministre de la Justice, son avocat, l’œil d’Emmanuel Macron, président français.

L’avocat français peut influencer la politique française à jeter son dévolu sur le candidat qui pourra mieux rassurer et bien servir les intérêts français en RDC, à la lecture des relations très proches et bien serviables entre eux deux. Mais il faudra encore que le futur candidat, copté, puisse gagner la confiance du peuple.

Toutefois, sa nomination en tant que ministre de la Justice, n’a pas manqué de soutirer un brin de sourire dans le camp katumbiste. « Quand un enfant du village est élevé, c’est tout le village qui festoie », dit une sagesse populaire. Le village politique du roi Katumbi peut compter sur et avec un de ses acteurs rémunérés par la chance.

Rif KAL