Port de chemise aux couleurs de l’uniforme de prison : provocation?, moquerie? ou fanatisme ?

Port de chemise aux couleurs de l’uniforme de prison : provocation?, moquerie? ou fanatisme ?

24 juillet 2020 0 Par Rédaction

Depuis près d’un mois, il s’observe à Kinshasa, à Bukavu, chef lieu de la province du Sud-Kivu, et dans certains coins de la RDC, le phénomène du port des chemises de couleurs jaune et bleu, par certains cadres et militants de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC).

Il s’agit de cette tenue, réservée aux prisonniers, sous laquelle est apparu Vital Kamerhe, lors de différentes audiences du procès des 100 jours, qui l’a cloué à la prison de Makala pour 20 ans.

Son port par les membres de l’UNC suscite débats et intérrogations. Est-ce une provocation contre les autorités pénitentiaires ? Une moquerie sur un procès jugé politique ? Un fanatisme à outrance cachant un suivisme aveugle?

C’est un véritable phénomène de mode à Bukavu par exemple. Les disciples imitent Vital Kamerhe dans sa manière de porter cette tenue. Un t-shirt blanc, couvert de cette chemise jaune-bleue, sur lequel tombe un chapelet, c’est ainsi que plusieurs jeunes s’habillent à travers la ville de Bukavu.

Une manière, pour certains, de soutenir le détenu Kamerhe, et pour les autres de se moquer de lui pour avoir été condamné des détournements des deniers publics dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours du président de la République.

A Kinshasa, dans les milieux de l’UNC, la chemise porte même un nom « pièce contre pièce », s’inspirant de la célèbre revendication de Vital Kamerhe, lors de son procès. En effet, le Directeur de cabinet du chef de l’Etat n’avait cessé d’exiger la confrontation des pièces dans ce procès, en lieu et place de ce qu’il a qualifié de verbiage des plaignants.

Pour les membres de l’Union pour la Nation congolaise UNC, parti cher à Vital Kamerhe qui, d’ailleurs, ont porté cette uniforme lors de la marche de soutien à leur chef, jeudi 23 juillet, porter cette chemise à la manière de leur président en détention, est une façon de compatir avec lui pendant ce moment difficile qu’il traverse, et d’exiger sa libération, car innocent dans l’affaire pour laquelle il est détenu.

Au Sud-Kivu, certains cadres de l’UNC encouragent leurs membres et sympathisants à porter ces chemises jaune et bleue jusqu’à ce que leur leader jouisse de la liberté en laquelle ils espèrent, malgré la condamnation de celui-ci à 20 ans des travaux forcés et 10 ans d’inéligibilité politique.

Mais cette mode vestimentaire fait l’affaire des couturiers qui se voient de plus en plus sollicités pour coudre ces chemises. Ils sont nombreux ces militants à désirer avoir cet uniforme pour soutenir leur président qui est, une fois de plus, devant les juges, vendredi 24 juillet, pour un son procès en appel.

S. Bagalwa Asensio et Ric KAP