Une deuxième mallette diplomatique dans les bagages de Tshisekedi

Une deuxième mallette diplomatique dans les bagages de Tshisekedi

4 août 2020 0 Par Christian Mutinga

Une mallette diplomatique est un colis contenant le courrier diplomatique et qui ne subit pas les contrôles de la douane.

Dans son acception moderne, le terme de mallette ou valise diplomatique désigne un moyen de transport utilisé pour échanger différents objets sous couvert de l’immunité diplomatique. Son utilisation est régie par la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

Cette métaphore est à contextualiser avec le voyage qu’avait effectué le Chef de l’État congolais avec le président démissionnaire de la Cour constitutionnelle. Ce dernier avait exprimé au Commandant suprême son désir de quitter le pays pour échapper aux pressions d’une certaine classe qui lui a toujours demandé d’amalgamer.

Le septuagénaire a souhaité passer le reste de sa vie en paix loin des combines néfastes en revenant au Seigneur qui accorde son pardon à quiconque la solliciterait. Le président Lwamba n’a guère souhaité vieillir dans des sales besognes. « Il n’est jamais tard pour mieux faire », dit-on.

La demande a été exaucée. L’homme a eu la vie sauve grâce à l’hospitalité du premier Congolais qui l’a amené en Belgique, sans que personne ne s’en aperçoive. Même les agents commis à l’aéroport, comme les journalistes, apprendront que Benoît Lwamba est en Belgique plus tard. Il était passé à l’aéroport comme une mallette diplomatique dans les bagages de Félix Tshisekedi.

Qui a bu boira

La lettre de sa démission a été remise au Président de la République peu avant le voyage très discret. Lorsqu’il démissionne officiellement à partir de Bruxelles, un laboratoire d’un camp politique confectionne un démenti, comme c’est dans ses habitudes. Benoît Lwamba n’avait jamais démenti sa démission.

Époustouflant, l’homme se retrouve en Belgique, pays membre de l’Union européenne qui a imposé des sanctions à Benoît Lwamba. Plus facile à comprendre. Ici, personne n’a besoin de lunettes pour voir ce qu’il y a eu.

Une deuxième valise diplomatique est presque prête à se retrouver dans les bagages du fils de Sphinx lors de son prochain voyage. Il s’agit une fois de plus d’un septuagénaire, encore et toujours du FCC. Il est aussi un haut cadre qui refuse d’exécuter des ordres mal donnés.

Sylvestre Ilunga Ilunkamba ! C’est de lui qu’il s’agit. Le vieil homme en a marre des pressions. Les scénarii autour du contreseing l’ont affaibli. Comme du temps de Benoît Lwamba, la signature du Premier ministre a été trafiquée dans le fameux communiqué refusant l’endossement des ordonnances présidentielles. Communiqué qu’il n’a pas reconnu, ni signé. Lui aussi hésite d’exécuter les ordres donnés en ordre dispersé.

« Contre la fumée il n’y a qu’un seul remède : fuir, renseigne un sage anonyme. Et Ilunkamba intériorise bien ce proverbe. Il souhaite lui aussi finir sa course terrestre en ordre avec le peuple, car la voix de celui-ci, c’est la voix de Dieu. Comment s’y prendre? Seul Tshisekedi transportera cette deuxième valise diplomatique vers l’Europe. Dieu seul sait si les valises diplomatiques sont très nombreuses.

Bajika Édouard