Marches publiques en RDC: cette nouvelle tendance des politiciens à impliquer leurs familles

Marches publiques en RDC: cette nouvelle tendance des politiciens à impliquer leurs familles

7 août 2020 0 Par Rédaction

Une nouvelle tendance est en train de forcer l’admiration de l’opinion publique congolaise et internationale. Il s’agit de l’implication, par les politiciens congolais, de leurs membres des familles biologiques dans les marches publiques. C’est devenu à la mode de voir un acteur politique marcher pacifiquement avec femme et famille. Pourtant, il y a un moment que cela était impossible et même inexistant. Qu’est-ce qui fait émerger cette mode?

Ce vendredi 7 août, l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti cher à Vital Kamerhe, est dans la rue pour réclamer une justice indépendante en faveur de son président, condamné à 20 ans de prison.

Chose curieuse est qu’à 11h, au lieu de rassemblement de Kinshasa, le siège de l’UNC, les militants de ce parti ont vu débarquer les enfants du directeur de cabinet du Chef de l’Etat. Soraya Mpiana, intervenue dans le procès de son père comme renseignante, Daïda Mpiana, Didier Kamerhe et bien d’autres leurs frères, sœurs et cousins sont arrives pour marcher.

La famille Kamerhe a arboré un calicot où elle réclame l’acquittement de son père. Tous les enfants portent des t-shirts floqués de l’effigie de leur père, en uniforme des prisonniers.

Mais les enfants de Kamerhe ne sont pas les seuls à avoir marché. Le 13 juillet, Jean-Pierre Bemba, qui a drainé une foule immense de manifestants dans le district de la Tshangu, s’est fait accompagner de sa femme et ses enfants.

Les observateurs ne se sont empêchés de saluer le courage du Président du Mouvement de Libération pour le Congo (MLC) qui a pris le devant de la manifestation, en impliquant sa famille.

Jusque-là, les critiques n’épargnaient pas les acteurs politiques qui semblaient préférer protéger leurs familles alors qu’ils demandaient au peuple de se rendre dans la rue, et en découdre parfois avec la police.

Chose qui a changé depuis que les manifestations des opposants sont devenues de plus en plus pacifiques. En effet, lors de ces récentes marches, les manifestants n’ont pas manqué de saluer le professionnalisme de la police qui les a encadrés au lieu de verser dans les très regrettés et déplorables affrontements avec les marcheurs.

Ce qui pousse certains observateurs à reconnaître que depuis l’avènement de Félix Tshisekedi, au pouvoir, certaines choses ont changé notamment « la protection de la libre expression; le droit de manifester ». Les opposants sont de plus en plus à l’aise dans leur action politique.

RK