Nord-Kivu : les autorités locales annoncent l’identification des Ougandais en séjour irrégulier en RDC

Nord-Kivu : les autorités locales annoncent l’identification des Ougandais en séjour irrégulier en RDC

13 août 2020 0 Par Rédaction

Les autorités congolaises annoncent pour bientôt une opération d’identification des citoyens ougandais vivant sur le sol congolais, principalement dans la cité frontalière de Kasindi, en territoire de Beni au Nord-Kivu.

Barthélémy Sivavuyirwa, fonctionnaire délégué du gouverneur basé sur place, estime que depuis quelques années, le nombre des clandestins qui ont frauduleusement traversé la frontière congolaise s’est accru. Ce qui n’est pas sans conséquences sur le plan sécuritaire et diplomatique entre les 2 États, l’Ouganda et le Congo.

Il annonce que ce sont les chefs de base qui seront mis à contribution pour localiser tous les sujets ougandais. « Il y a des voisins qui viennent ici en passant par des pistes poreuses. Ils viennent clandestinement. Au nom de la paix et pour sauvegarder nos relations bilatérales, pour ne pas créer des incidents diplomatiques, nous avons émis la recommandation de voir les chefs des quartiers faire le recensement de tous nos voisins ougandais« , annonce-t-il.

Depuis que les massacres des civils par les ADF se sont amplifiés dans la région de Beni, la partie congolaise pointe du doigt accusateur l’Ouganda d’être à la manœuvre pour déstabiliser la RDC ou encore de servir de base-arrière aux rebelles.

Dans les forêts du massif de Rwenzori, depuis la fin des années 80, après la prise de pouvoir par le président Museveni, les terroristes ADF ont plus été cruels en 2014 alors que le gouvernement congolais s’apprêtait à lancer les premières offensives contre eux.

Leur première attaque sanglante date du 2 octobre 2014. Ce jour-là, ces derniers avaient attaqué 2 villages du territoire de Beni, faisant ainsi une cinquantaine de morts dans les rangs des civils. En dépit des opérations dites d’envergure lancées le 30 octobre 2019, avec l’avènement de Tshisekedi au pouvoir, les FARDC ne sont jamais venues à bout de la nébuleuse. Ce jeudi 13 août, 4 autres civils ont été abattus par les mêmes terroristes près d’Oicha.

Par Charles M. Bin Kisatiro, Correspondant au Nord-Kivu