Sud-Kivu : un affrontement entre les Mai-Mai et le Gumino perturbe les épreuves d’Exetat au centre Mboko

Sud-Kivu : un affrontement entre les Mai-Mai et le Gumino perturbe les épreuves d’Exetat au centre Mboko

31 août 2020 0 Par Rédaction

La session préliminaire d’Examen d’Etat (Exetat), au centre Mboko, dans province éducationnelle Sud-Kivu 3, a été perturbé depuis le matin de ce lundi 31 aout. Ce, suite aux violents affrontements opposant les miliciens Mai-Mai à ceux de la coalition des groupes armés Ngumino, Makanika et Androïde; dans les villages de Bilalombili et Ngezi près de Mikenge, dans le territoire de Mwenga en province du Sud-Kivu.

Selon le secrétaire de la société civile de Mikenge, Nyange Saluba, c’était aux environs de 5 heures du matin que les Ngumino, conduits par l’ancien colonel de l’armée congolaise, Rukundo Makanika, ont attaqué les positions de Mai-Mai dans le village Bilalombili et Ngezi. Ces derniers ont réussi à incendier ces deux villages.

« Et jusqu’à présent les balles continuent à crépiter. Le bilan provisoire fait état de deux civils blessés, deux villages incendiés, Plusieurs habitants sont en brousse, et les autres sont arrivés à Mikenge», indique-t-il.

Contacté à ce sujet, le porte-parole des opérations Sukola 2 sud, Sud-Kivu, le capitaine Dieudonné Kasereka parle d’une attaque de ces 3 groupes armés, qui ont voulu saboter le déroulement de l’examen d’Etat.

« C’est la coalition des groupes armés Makanika, Androïde et Ngumino, qui ont attaqué cette localité, avec l’objectif de saboter les épreuves, et l’armée est intervenue. Pour le moment, nous avons chassé ces hors-la-loi. Ce qui est vrai est que les élèves et les enseignants ont tous été dispersés », précise Dieudonné Kasereka.

Au moins 700 finalistes du secondaire étaient attendus au centre Mboko 4, basé à Mikenge. Un centre qui réunit plusieurs écoles du secteur d’Itombwe, où les élèves devraient venir notamment en provenance de Kitibingi, Magunda, Kakanenge, Kipupu, Kipombo, Tulambo et autres agglomérations dans la province éducationnelle Sud-Kivu 3. Tous ont été empêchés d’y arriver suite à ces affrontements.

Martial Bisimwa, depuis Bukavu au Sud-Kivu