RDC : la paix de braves entre Kinshasa et les groupes armés du Sud -Kivu

RDC : la paix de braves entre Kinshasa et les groupes armés du Sud -Kivu

21 septembre 2020 0 Par Rédaction

Environ 70 groupes armés ont apposé leurs signatures sur l’accord de cessation des hostilités dans le Sud-Kivu. Ces groupes armés s’engagent à cesser les hostilités dans cette province. Mais les populations veulent croire qu’une paix durable soit possible.

Au terme de cette résolution, des groupes armés ont suscité l’espoir au sein des populations qui vivent au quotidien l’insécurité dans le Sud-Kivu. Pour Nicolas Kyalangalilwa, membre de la société civile du Sud-Kivu, cette cessation des hostilités ne doit pas favoriser l’impunité là où des populations ont été victimes de graves exactions.

« Nous nous réjouissons qu’il y ait des dialogues directs avec les groupes armés, cependant nous insistons sur le fait que le dialogue ne signifie pas l’impunité. Ceux qui ont commis des crimes doivent payer. Il faut éviter de créer un système où l’on encourage les insurrections. Ces groupes détruisent des villages, brulent des maisons. D’ailleurs aujourd’hui la population est dans une situation où elle se demande est ce que cette histoire finira un jour.« , a-t-il martelé.

L’accord prévoit la mise en place des comités « informels » pour le suivi du respect de la cessation des hostilités. Search for Common Ground, une ONG américaine de résolution des conflits, ainsi que la Commission interprovinciale d’appui au processus de sensibilisation, désarmement, démobilisation et réintégration rassurent que tout a été mis en œuvre en collaboration avec les seigneurs de guerre mais aussi avec le gouverneur de province pour un cessez-le-feu durable.

« Ce sont des groupes qui sont profondément dans la brousse, mais nous avons eu à les côtoyer, nous avons eu à faire un travail foncier. Ce resultat n’est pas un travail de 6 ou 7 jours, c’est le niveau d’engagement de travail régulier avec eux, de compréhension et de sensibilisation. Nous sommes très heureux de l’implication des autorités à un haut niveau« , explique Gervais Koffi, chef de Bureau de Search for Common Ground Bukavu.

Assurances du gouvernement congolais

Le ministre délégué à la défense nationale, Sylvain Mutombo a représenté le gouvernement congolais à ces pourparlers avec les groupes armés du Sud-Kivu. Il a assuré quant à la suite après Murhesa 2.

Selon lui, les résolutions et calendrier seront soumis « au commandant suprême pour approbation et cette approbation mettra en œuvre tout le mécanisme de financement afin de commencer la procédure de reddition et de réinsertion de tous ces miliciens à travers la République. »

Par GK