Aimé Bukasa : « le sénateur à vie doit s’inquiéter et devra répondre de sa gestion du pays 18 ans »

Aimé Bukasa : « le sénateur à vie doit s’inquiéter et devra répondre de sa gestion du pays 18 ans »

3 octobre 2020 0 Par Rédaction

L’interview accordée à la presse congolaise de la diaspora jeudi 1er octobre 2020 par le chef de l’État Félix Tshisekedi continue d’alimenter le débat au sujet de l’avenir politique de l’ancien président Joseph. Pour Aimé Bukasa, acteur politique proche de Félix Tshisekedi et président national du parti politique « Force pour le développement du Congo (FDCO), le sénateur à vie a à s’inquiéter et devra répondre de sa gestion de 18 ans.

« C’est compréhensible, la déclaration du Chef de l’Etat, mais je pense plutôt que le sénateur à vie, après 18 ans de pouvoir de règne, devrait répondre de sa gestion un jour, donc il devrait s’inquiéter à mon avis, car il y a beaucoup de Congolais qui réclament justice« , insiste-t-il.

A propos du souhait de Félix Tshisekedi d’éviter un incident fâcheux avec le Rwanda, le président de FDCO pense qu’on est à l’heure de chercher la cohésion nationale pour renforcer la paix et l’harmonie au pays. A cet effet, on n’a pas besoin d’ouvrir de fronts qui peuvent être résolus par des voies diplomatiques.

« Je le répète encore, nous devons dialoguer franchement avec le Rwanda ainsi que tous nos 9 voisins. Expulser l’ambassadeur Vincent Karega serait juste créer encore une tension de plus« , déclare-t-il.

Pour cet acteur politique, le chef de l’Etat est un démocrate en majuscule, il ne pense pas qu’il puisse vouloir s’éterniser au pouvoir.

« Je pense que vouloir l’échec du président de la République, c’est vouloir pérenniser le malheur du Congolais. Le chef de l’Etat fera ce qu’il pourra étant donné les circonstances, et celui qui viendra après continuera l’oeuvre, le tout c’est de voir des signes positifs pour l’émergence de notre pays. Nous devons soutenir notre pays, c’est-à-dire soutenir les efforts de notre président de la République« , réagit-il au sujet de ceux qui entravent les actions du chef de l’État.

Quant à la question du bilan que Félix présage positif en 2023, le président de FDCO estime qu’on est en 2020, le bilan sera présenté au peuple congolais fin décembre 2023 et ça sera à lui, peuple de juger. Cependant, « mon souhait est que ce mandat se termine avec des signaux forts sur le plan économico-social et sécuritaire« .

Et Aimé Bukasa de poursuivre à propos du dialogue que Tshisekedi souhaite maintenir avec son allié Joseph Kabila : »Nous sommes obligés d’accepter une alliance contre nature, mon souhait est de voir la sincérité de la part du sénateur à vie pour une stabilité politique dans notre pays. Cependant je souhaite voir une cohésion nationale autour du chef de l’Etat c’est-à-dire CACH, Lamuka, FCC et toute la société civile. Unis, nous serons très forts, que ceux qui cherchent à nous diviser se retrouvent face à un bloc solide, unis et déterminés à libérer totalement le pays », a-t-il préconisé.

Par Bajika Ndeba