Joseph Kabila: Survie à rediscuter

Joseph Kabila: Survie à rediscuter

22 octobre 2020 0 Par Rédaction

Au delà d’une simple cérémonie, la prestation de serment des juges de la Cour constitutionnelle, mercredi 21 octobre, ressemblerait à un véritable acte politique, mieux, un premier coup politique visible de Tshisekedi à son partenaire et prédécesseur Joseph Kabila. L’ex Général-Major serait blessé politiquement ! Son camp n’y croit pas de ses yeux ce comportement du fils du sphinx.

La bataille a tourné autour de qui va contrôler la justice. Démission de Benoît Lwamba;; exclusion de Tunda Ya Kasende; blocage de la proposition de « loi Minaku-Sakata »; nomination des hauts juges jusqu’à leur prestation de serment sous tension,… tout tourne autour de la justice!

Félix Tshisekedi semble faire du forcing et le Front commun pour le Congo (FCC) hurle de colère. Chaque camp a essayé de sortir de lui. Pourquoi Tshisekedi n’a-t-il pas attendu pour nommer plus tard? Et pourquoi le FCC n’a pas tolérer cet acte de son allié quoique « violant les textes »? Crise de confiance donc.

La méfiance gagne du terrain

Chacun a peur de l’autre. La thèse antérieure d’un projet de déstabilisation de Tshisekedi via un scénario de mise en accusation semble se soutenir. Les acteurs du complot étaient connus du chef. Ils étaient partout au Gouvernement, à la haute Cour, au Parlement, au camp partenaire et même au cabinet présidentiel. D’où, il ne fallait plus attendre.

On sauve Lwamba, on casse les bureaux; on nomme; on installe même en l’absence des autres et pas les moindres, aujourd’hui réduits au rang de simples invités absentéistes, quoique chefs de corps. Le « privé » a pris le dessus sur le « public ». Sylvestre Ilunkamba, le Premier ministre boude son chef pour respecter sa famille politique, quand bien même son gouvernement libère les fonds nécessaires à l’organisation de la cérémonie boudée !

Adieu la médiation et les négociations

Que dira le chef? Que fera le chef? Ne serait-ce que pour honorer la fonction présidentielle ? Va-t-il prononcer l’extrême ? L’opinion l’attend en tout cas et ne souhaite pas voir le Président programmer une rencontre avec son prédécesseur maintenant, surtout pas répondre à l’invitation des chefs d’Etat voisins ou parrains pour une éventuelle médiation Kabila-Tshisekedi. Félix risquera de blesser l’opinion et brandira une image d’un leadership faibli ou affaibli.

Il semble avoir été trop bon envers ses alliés qui, du reste, croyaient l’asphyxier et maintenant, « je vais en finir avec eux une fois pour toute », dirait peut-être FATSHI.

« Shina Rambo » (surnom attribué à Joseph Kabila) donne l’impression d’un homme sans manteau en plein hiver. Sa survie, celle de sa famille, ses intérêts les plus discrets et ceux de son camps …rien n’est sûr maintenant. Le délogement de Kingakati est-il pour bientôt ? Le Raïs ne saura jamais recourir à la force, l’international ne le supportera jamais et signera sa fin misérable, pire que celle du Maréchal Mobutu, loin de son Kawele paradisiaque.

Quelle est sa nouvelle orientation ?: CPI, exil ou simplement faire la courbette au fils de son opposant, le radical Tshisekedi wa Mulumba? Tout est donc à rediscuter pour Joseph Kabila
À suivre.

Par JKD