Aimé Bukasa : « Que ces consultations aboutissent à tourner définitivement la page noire du FCC »

Aimé Bukasa : « Que ces consultations aboutissent à tourner définitivement la page noire du FCC »

1 novembre 2020 0 Par Rédaction

_Félix Tshisekedi, Président de la République du Congo, a annoncé des consultations qui débutent lundi 02 novembre 2020, après l’échec cuisant de la coalition au pouvoir. Si beaucoup y accordent du crédit, le FCC, par contre, ne l’entend pas de cette oreille. L’un des acteurs politiques de la RDC, Aimé Bukasa, président national de « Force pour le développement du Congo (FDCO), a donné sa position au cours d’une interview accordée à Média Plus Online dimanche 01 novembre 2020.

Média Plus.: Les consultations annoncées par le Chef de l’État débutent ce lundi 02 novembre 2020. Quelle en est votre perception ?

Aimé Bukasa (A.B): Ces consultations me rappellent l’époque du Maréchal Mobutu fin 1989/1990 avant l’annonce de la démocratisation et de la fin du MPR parti État.

Média Plus.: Des consultations pour quelle fin?

A.B. : Pour réconforter les décisions salutaires pour la RDC à venir.

Média Plus : Le FCC se dit non partant et suggère la cohabitation si le CACH est fatigué de la coalition. Votre réaction ?

A.B. : Nous caressons le rêve de vivre la mort politique du Front des criminels congolais (FCC). Que ces consultations aboutissent à tourner définitivement la page noire du FCC. Nous avons besoin d’écrire une nouvelle page positive pour notre pays, sans ces criminels.

Média Plus : _Le Sénateur a vie a levé un coin de voile sur le très polémiqué accord entre lui et le Chef de l’État. Apparemment, rien d’étonnant. Mais, pourquoi a-t-on entretenu un flou, alors que si ce que Kabila a dit est vrai, tout est normal ?

A.B. : Le Sénateur à vie a quitté le pouvoir sans vraiment le quitter. C’est de la très mauvaise foi de sa part de vouloir rester aux affaires après 18 ans de pouvoir avec le bilan très médiocre.
Cet accord, s’il existe, ne doit pas prendre le pays en otage. Nous avons une Constitution et c’est le Chef de l’État qui en est le garant.

Média Plus : Constituer une majorité parlementaire actuellement, rêve ou illusion ?

A.B.: Le Chef de l’État doit rester ferme. Il a besoin du peuple plutôt que du FCC et le peuple est derrière lui dans cette guerre.

Média Plus : Comment envisagez-vous la suite des consultations sans le FCC?

A.B. : Tout peut arriver si les députés ainsi que les autres plateformes accordent la priorité aux intérêts du peuple. Au cas contraire, il faudra suivre la logique jusqu’à la dissolution du Parlement.

Média Plus : _Comment comptez-vous participer à ces consultations ?

A.B.: Nous avons organisé, avec d’autres partenaires politiques, une pétition pour la fin de la coalition FCC/CACH ainsi que la fin du gouvernement Ilukamba. La pétition est en cours et nous comptons atteindre bientôt les 100.000 signatures. Les conclusions seront présentées au Chef de l’État à la fin des consultations.

Média Plus : Un gouvernement de l’Union sacrée. La FDCO y participera-t-elle?

A.B.: Absolument! Si la chance nous est donnée. Nous sommes au service de la nation. Merci

Propos recueillis par Bajika Ndeba