FCC: Une retraite qui prépare sa retraite

FCC: Une retraite qui prépare sa retraite

6 novembre 2020 0 Par Rédaction

« Un riche laboureur sentant sa mort prochaine, fit venir ses enfants et leur parla sans témoin : gardez-vous d’intégrer l’Union sacrée pour la Nation,… ». Cette fable du laboureur contextualisée est, on ne peut plus clair, semblable à histoire du Front commun pour le Congo (FCC) qui, sentant sa disparition venir, vide tous les concepts religieux pour essayer de contenir l’évaporation de ses électrons qui souhaitent un peu de liberté de penser et et d’agir.

En effet, la plateforme de Joseph Kabila démarre sa retraite politique, ce vendredi 06 novembre 2020 à Safari Beach à Kinshasa, et non au Kongo central comme prévu initialement. L’annonce a été faite par Néhémie Mwilanya, coordonnateur de cette famille politique sur le compte twitter du FCC.

Cette grand-messe intervient alors que se poursuivent les consultations annoncées par le président de la République Félix Tshisekedi, au Palais de la Nation. Plusieurs personnalités politiques ainsi que de la société civile ont été déjà reçues par ce dernier.

Avant ladite retraite, l’autorité morale du FCC avait déjà réuni ses ouailles au sanctuaire de Kingakati pour un réaménagement moral, face au vent de l' »Union sacrée pour la Nation » qui arrive inexorablement. Si les dispositions protocolaires et sécuritaires étaient prises comme toujours pour qu’aucun n’entre avec son téléphone pour éviter de fuiter l’information, quelle ne fut la désagréable surprise de Kingakati de constater l’audio de leur chef dans les réseaux sociaux, le soir même de la réunion.

Aux dires d’un député FCC qui a gardé l’anonymat, le Raïs avait piqué une sainte colère et promis une réaction punitive à l’endroit de celui qui a fait déferler le dialogue secret. C’est vraisemblablement cela la raison du report, le week-end dernier, de cette retraite. Au Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD), on compte porter plainte contrele magazine Jeune Afrique, présenté comme média ayant diffusé en premier le secret de Kingakati. Déjà un signe qui ne trompe pas, affirmant le malaise dans la maison FCC.

Peine perdue et promesse de construire des châteaux en Espagne et de supporter la planète où elle se trouve, alors qu’il faut aménager le sol d’abord.

Revirement spectaculaire

Même si pour la consommation publique, la retraite est politique, elle est également testamentaire. C’est ce que fait tout homme alerté par prémonition. Le vent de l' »Union sacrée » qui souffle risque d’égrainer significativement le FCC et emporter la coalition au pouvoir.

Si les prières qui seront faites au cours de cette retraite n’arrivent pas au trône céleste, cette rencontre de Safari Beach aura été une période qui marque la fin de la carrière politique de beaucoup. Oui. Après le déluge, ceux qui ont commis plus de crimes ne pourront supporter la rigueur de la justice qui, elle, a commencé à fouiner.

La pirogue FCC tangue exactement. Il faut trouver le Jonas. Pour les matelots, ce sont les frères Kasaïens qui veulent liquider l’entreprise au profit de leur frère. Frustration et dysharmonie, à tel enseigne que certains des incriminés innocents résolvent de quitter le navire qui tend à chavirer.

En attendant la déclaration finale qui sanctionne la fin de la retraite, la position de la famille FCC est déjà connue. Le Raïs l’a dit aux élus de sa famille à Kingakati. « Aujourd’hui vous êtes convoités, courtisés, alors que hier les Wewa cherchaient à vous lapider,…« , indiquait le roi de Kingakati.

Voilà le langage qu’on tient et l’attitude que l’on prend au soir d’une fin de carrière qui n’aura pas profité aux autres. Retraite, oui, mais pour peaufiner des stratégies de survie après cette vie politique. Oui, la retraite se prépare si on veut être un bon retraité.

Par Bajika Ndeba