Insécurité à Goma : Hubert Furuguta exige des mesures fermes de la part de l’État congolais

Insécurité à Goma : Hubert Furuguta exige des mesures fermes de la part de l’État congolais

26 novembre 2020 0 Par Rédaction

.

Le député national Hubert Furuguta, élu de la ville de Goma, dans la province de Nord-Kivu a dénoncé l’insécurité qui persiste dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), particulièrement dans la province de Nord-Kivu.

Il l’a dit ce jeudi 26 novembre 2020, à l’Assemblée nationale, au cours d’une séance plénière essentiellment axée sur le rapport des travaux de la commission mixte sur les droits de l’homme, relatif à la proposition de loi sur les droits des peuples autochtones, initiée par le député Mutiri Wa Bashari, dont le rapport de la commission mixte a été adopté par la plénière.

A cette même occasion, la plénière a accordé quelques jours à la commission pour intégrer les amendements dans le texte, avant de le présenter à la plénière pour adoption finale.

Après cette décision des députés nationaux, Hubert Furuguta a décrié l’insécurité qui sévit dans la partie-est de la RDC, précisément au Nord-Kivu .

Hubert Furuguta dénonce « l’inexistence » de l’État congolais dans cette partie du pays où l’insécurité se porte bien depuis plus de deux décennies, sans savoir exactement l’auteur des atrocités dans la région. « Le gouvernement congolais doit nous décrire la personne, révéler son identité et arrêter tout celui qui est à la base », a-t-il précisé .

Pour lui, toutes les questions sur l’insécurité que la population de l’Est se pose n’ont aucune réponse, au moment où la province compte par jours des morts. Il déplore ce qu’il qualifie d' »indifférence » du Ministère de l’Intérieur face à cette situation. « Le ministère de l’intérieur ne nous a jamais dit ce que font les policiers, leur nombre et où sont-ils commis« , a-t-il dénoncé .

Cet élu de Goma a, au nom de ses électeurs, demande au gouvernement congolais de prendre au sérieux la situation de l’Est et qu’il prenne en charge la sécurisation de la ville.

Signalons que, après cette dénonciation les ministres sectoriels concernés seront interpeller pour s’expliquer devant les représentants du peuple quant à ce.

La population du Nord-Kivu a une seule urgence: c’est la sécurité de leur vie et de leurs biens. Car, « ils ne savent pas faire leurs activités, les enfants n’étudient pas comme dans d’autres provinces suite à l’insécurité croissante dans la ville de Goma », a déploré Hubert Fuguruta.

Par Jackie Ngolela