Deux ans après la disparition brutale de Jordan Mukendi, sa famille croit encore au miracle

Deux ans après la disparition brutale de Jordan Mukendi, sa famille croit encore au miracle

3 février 2021 0 Par Rédaction

Deux ans après la disparition de Jordan Mukendi Buzangu, recherché par la Police, la famille de son feu père, José Buzangu, n’a plus toujours de ses nouvelles. Inquiète, la famille reste inconsolable mais optimiste, espérant un jour revoir leur fils.

En République démocratique du Congo (RDC), les enfants dont les parents décident de divorcer, sont souvent victimes des actes de maltraitance, traumatisme et autres abus de diverses natures de la part de leurs beaux-parents. Certains finissent par le suicide, d’autres dans la rue ou encore dans les orphelinats. Le phénomène a pris des proportions très inquiétantes ces dix dernières années surtout à Kinshasa, la capitale du pays.

Le cas de Jordan Mukendi Buzangu dont le père s’était remarié après avoir divorcé d’avec sa mère biologique, en est une illustration. En effet, après la séparation de ses parents, Jordan Mukendi et sa jeune sœur sont restés vivre aux côtés de leur père, José Buzangu qui s’était remarié. C’est le début d’une vie d’enfer pour les deux enfants issus d’un autre mariage et dont le papa était toujours en voyage.

Loin de ses enfants, José Buzangu ignorait de tous les abus qu’on faisait subir à ses propres enfants. Menaces de mort, tortures morales et physiques, traumatismes, abus sexuels… le décor était bien planté pour faire vivre à ses innocents la pire des corvées qu’un enfant puisse connaître dans la maison de son père.

En 2017, la nouvelle du décès de monsieur José Buzangu, à partir de l’Angola où il était parti pour les affaires, a été la goutte qui a fait déborder le vase. La situation s’est encore empirée davantage. Les pauvres enfants en ont vu de toutes les couleurs de la part de leur belle-mère, jusqu’à précipiter la mort de la jeune sœur de Jordan Mukendi.

D’après un prêtre catholique qui s’est confié à Radio7Online, sous anonymat et proche de la famille, Jordan Mukendi Buzangu était « victime de maltraitance, tortures, traumatismes et abus sexuels » de la part de sa belle-mère. « C’est ce qui a occasionné sa disparition brusque, en janvier 2019 », a affirmé ce prêtre catholique, sans vouloir nous en dire plus sur la destination de Jordan Mukendi qui, à un moment donné, aurait trouvé refuge chez lui.

« La vie de ce garçon … était en danger »

Néanmoins, notre interlocuteur renseigne que Jordan a été recherché par la Police sous influence de sa marâtre qui voulait mettre fin à sa vie en vue d’effacer les traces.

« Jordan Mukendi était un témoin gênant qui pouvait, un jour, faire mener une vie difficile à la femme de son père, s’il décidait de tout révéler», a précisé ce prêtre. Avant d’ajouter que « trois convocations lui ont été envoyées par la Police, en moins de deux semaines. Ne s’étant pas présenté au bureau de l’Officier de police judiciaire après ces trois convocations, un avis de recherche contre lui a été lancé dans les médias locaux après quelques mois », a ajouté le prélat catholique, tout en affirmant que « la vie de ce garçon que j’ai vu grandir était en danger ».

A la question de savoir où serait parti Jordan Mukendi à ce jour, notre interlocuteur est resté évasif. « Deux ans après, j’ignore moi-même où il pourrait bien être en ce moment. Néanmoins, j’ai toujours la conviction et le pressentiment qu’il est en vie, peu importe là où il se retrouve. Dieu n’abandonne jamais ce genre de personnes visiblement délaissées et rejetées. Par contre, Dieu les bénit et protège toujours pour la gloire de son nom », a déclaré le prêtre catholique. Larmes aux yeux, ce prêtre espère revoir encore Jordan Mukendi un jour, si Dieu lui prête vie. « Que Dieu veille sur lui », a-t-il conclu.

En outre, les sources concordantes rapportent que Jordan Mukendi vit en clandestinité en dehors du pays et serait encore en vie. Les mêmes sources révèlent que Jordan aurait, à l’époque, bénéficié de l’appui du prêtre catholique cité ci-haut, pour quitter la RDC en vue de se mettre à l’abri de ses bourreaux.

L’avenir nous en dira plus!

Par Stanislas NTAMBWE