Watsa : lancement des travaux d’un centre hospitalier moderne à Surur

Watsa : lancement des travaux d’un centre hospitalier moderne à Surur

2 mars 2021 0 Par Rédaction

Dans le cadre des fonds des redevances minières alloués aux Entités territoriales décentralisées (ETDs), le chef de secteur Kibali, Dieudonné Surur a, au cours d’une cérémonie organisée ce mardi 2 mars 2021, posé la première pierre pour la construction d’un nouveau centre hospitalier moderne, au chef-lieu du secteur Kibali à Watsa (Haut-Uélé).

C’est l’entreprise Andrea Global services qui exécutera ce projet pour un délai estimé à plus ou moins 120 jours ouvrables, si tous les moyens et conditions sont réunis .

Interrogé à ce sujet, Dieudonné Surur a indiqué que l’hôpital fait partie d’une des conditions primaires pour la survie de l’homme. Il considère que, l’hôpital est un bien communautaire destiné à servir tout le monde sans distinction aucune

 » L’hôpital est un bien communautaire et sans frontière. Nous l’avions conçu parce que la distance ne permet pas à notre population de mieux se soigner et notre milieu devient également un centre. Raison pour laquelle nous l’avons nommé: Centre hospitalier. Il nous faudra un médecin si et seulement si nous travaillons bien  », a t-il dit

A la population, le chef du secteur Kibali demande de s’unir pour bâtir à jamais cette partie de la province du Haut-Uélé.

Pour Ruphin Adambu Abakesomi, jeune entrepreneur, Journaliste de la Radio Kibali FM et DG de l’entreprise Andrea Global services qui exécutera ce projet, « la santé passe avant toute chose et la vie doit être protégée, en rapport avec les structures sanitaires de qualité« .

Indiquant une durée de plus ou moins 120 jours soit 4 mois pour achever ledit projet, Ruphin Adambu Abakesomi appelle la population du secteur Kibali à encourager cette œuvre et de travailler main dans la main pour sa réalisation.

Notons que plusieurs projets sont exécutés dans le secteur Kibali par le chef de cette entité à travers les différents projets communautaires. Ce, grâce aux fonds des ETDs des redevances minières versées par la société Kiibali gold mine.

Par Caleb Bodio