Le déclic de la démission de Matata Ponyo du PPRD-FCC

Le déclic de la démission de Matata Ponyo du PPRD-FCC

12 mars 2021 0 Par Rédaction

Resté discret depuis un long moment après son départ de la Primature, Matata Ponyo Mapon est réapparu pour la première fois, pour se justifier, au cours d’une conférence de presse, de ses ennuis avec l’Inspection générale des Finances (IGF) qui le charge des malversations financières dans le projet de la construction du parc agroalimentaire de Bukanga Lonzo. Le rapport de l’IGF, actuellement sous examen au niveau de la justice, pourrait incessamment ouvrir la voie à un procès entre Matata et le Ministère public.

En attendant, l’ancien Premier ministre a une nouvelle fois fait parler de lui. Il a, dans un tweet devenu viral sur les réseaux sociaux, annoncé sa double démission du Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD) et de son corolaire Font commun pour le Congo (FCC), déjà coquille vide pour certains.

« Pour des raisons de convenance personnelle, j’ai déposé ma démission au PPRD et FCC. Je remercie SEM le Président hon. JK. Kabange pour m’avoir permis d’œuvrer pendant près de 12 ans au sein du PPRD et d’occuper les fonctions de ministre des Finances et de Premier ministre », a-t-il tweeté tôt ce vendredi matin.

Visiblement, le père de la bancarisation de la paie des fonctionnaires congolais en avait déjà marre des doses d’ « invectives et des coups bas » qu’il recevait matin, midi, soir de la part de ses désormais anciens camarades du parti, jaloux de lui, répétait-il souvent. Voilà pourquoi il a décidé de quitter le PPRD-FCC, espérant trouver une bonne bouffée d’oxygène après un long moment d’étouffement.

Et pourtant, cet homme au naturel plutôt timide a été servi sur un plateau d’or par son parti politique. Tour à tour Directeur général du BCECO, ministre des Finances et Premier ministre à la surprise générale, Matata aura été parmi ceux qui ont véritablement servi le parti, et que le parti a aussi servi.

Le déclic

Mais qu’est-ce qui explique ce revirement à 180° ? Voici le déclic. On se rappellera lors de sa dernière sortie médiatique pour se défendre des allégations de détournement des fonds publics à sa charge, Matata Ponyo, également connu pour sa traditionnelle cravate rouge, avait, sans les citer, accusés beaucoup de ses anciens camarades du parti d’être jaloux de ses réalisations à la tête de la Primature. Pour lui, le rapport de l’IGF qui l’accable des faits dont il se dit être innocent, est l’une des preuves de cette guerre politique désormais ouverte contre sa personne.

A bien analyser ses propos, Matata n’était pas en paix avec ceux qu’il pensait être ses compagnons. Une lutte qui n’a pas commencé aujourd’hui. Aussi curieux que cela puisse paraître, dès les premiers instants de sa prise de fonctions, le tout nouveau Premier ministre devrait à la fois faire face à l’adversité des cadres de son parti au sourire de vendeur et trouver des réponses efficaces aux problèmes de la population.

Jusqu’à ce qu’il quitta ce poste tant convoité, Matata a peut-être réussi à bancariser la paie des fonctionnaires et à créer la taxe sur la valeur ajoutée, hormis la relative stabilité du cadre macroéconomique.

Devenu simple citoyen, Matata pensait retrouver sa paix longtemps perdue. Mais c’était sans compter avec le « cynisme » de ses ennemis, décidés à lui faire du mal. Pour quel péché aurait-il vraiment commis ? Personne ne sait. Au profond de lui, ce natif de Kindu reste convaincu que le procès qui va bientôt s’ouvrir contre lui, ne vise qu’à salir son casier judiciaire et n’est que la partie visible de l’iceberg, s’était-il plaint lors de sa dernière conférence de presse.

A vrai dire, Matata n’a pas reçu la reconnaissance qu’il attendait de ses pairs. Le verre est plein, il a enfin décidé de se séparer des loups ravisseurs déguisés en brebis.

Impossible de compter sur l’autorité morale du PPRD, ancien président de la république, lui-même en difficulté, et actuellement retranché dans sa ferme à quelques encablures de la ville de Lubumbashi, en attendant de reprendre ses esprits. Kabila sort du « coma politique » après avoir perdu la majorité parlementaire qu’il avait tout au début de l’actuelle législature.

Voilà comment les apparences sont très souvent trompeuses, Matata, que l’on croyait être en odeur de sainteté avec ses collègues, n’était qu’en perpétuelle situation de combat, au point qu’il n’a plus des munitions nécessaires. Essoufflé, il jette l’écharpe et tous les autres signes distinctifs du parti, ce parti qui a gouverné ses premiers pas en politique. La blessure est profonde, elle prendra peut-être des années à cicatriser.

En attendant la suite des événements, que devient cet ancien premier ministre ? C’est en tout cas la grande information que l’opinion attend encore de lui. Mais selon certaines indiscrétions, Matata Ponyo serait prêt à monter le bateau « Union Sacrée de la Nation » (la pilule du moment) avant de créer sa propre formation politique.

D’autres sources affirment que l’ancien Premier ministre va définitivement abandonner la politique, pour se contenter de sa nouvelle étiquette de promoteur d’université.

Par Cyprien Kapuku, journaliste et chercheur en Relations internationales