Kasaï : scènes de liesse après la destitution de Dieudonné Pieme

Kasaï : scènes de liesse après la destitution de Dieudonné Pieme

21 avril 2021 0 Par Rédaction

Les députés provinciaux du Kasaï se sont réuni en plénière, ce mercredi 21 avril 2021 à Tshikapa, ont scellé le sort du gouverneur Dieudonné Pieme. Attendu pour présenter ses moyens de défense pour des griefs lui reprochés, le chef de l’exécutif provincial ne s’est pas présenté. D’où sa destitution par les élus provinciaux qui, selon la plupart de kasaïens, ont répondu à la volonté de la population qui en avait marre de la gestion calamiteuse de ce gouverneur à la tête de la province du Kasaï depuis 2019.

Au total 28 députés ont répondu présents, ce mercredi, pour examiner la motion de censure initiée contre Dieudonné Pieme, laquelle motion a été bloquée au bureau de cet organe délibérant depuis le mois d’octobre dernier.

Une foule en liesse transportant un cercueil supposé de Dieudonné Pieme

Sous une forte tension entre les députés pro et anti-Pieme, la motion a été examinée en l’absence du concerné. Plusieurs griefs lui ont été reprochés dont le détournement de 2 millions de dollars alloués à la construction du bâtiment jumelé que devraient abriter l’Assemblée provinciale et le gouvernorat. A l’issue du vote organisé pour la circonstance, 20 députés sur les 28 présents dans la salle ont voté pour le départ de Dieudonné Pieme de la tête de la province du Kasaï.

La nouvelle qui s’est répandue comme une trainée de poudre, n’a pas laissé indifférents les habitants de la ville de Tshikapa qui sont sortis dans les rues pour célébrer avec faste la déchéance du gouverneur qui, visiblement, était déjà vomi par la population. Les foules composées des hommes, femmes, jeunes et vieux ont fait le tour de la ville, transportant un cercueil et une croix, comme s’ils se rendaient au cimetière pour aller y enterrer leur gouverneur « décédé ».

Un des jubilaires de l’éjection du désormais ex-gouverneur s’est dit satisfait de la décision prise par les députés provinciaux pour réparer leurs erreurs commises depuis leur installation, celles de protéger et couvrir l’incompétence de Dieudonné PIEME.

Par ailleurs, Dieudonné Pieme avait, via une correspondance adressée au bureau de l’organe délibérant, sollicité un report de la plénière de ce jour à « une date ultérieure ». Sa demande a été tout simplement rejetée par l’assemblée plénière.

Par Jackie Ngolela