Lutte contre le paludisme : Uhuru Kenyata lance la « Kenya Malaria Youth Army » au Kenya

Lutte contre le paludisme : Uhuru Kenyata lance la « Kenya Malaria Youth Army » au Kenya

23 juillet 2021 0 Par Rédaction

Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta a lancé, jeudi 22 juillet 2021, la « Kenya Malaria Youth Army », un mouvement social qui rassemble des jeunes des 47 comtés du Kenya pour défendre le contrôle et l’élimination du paludisme dans le pays.  Cette structure « soutiendra le plaidoyer, la communication, l’innovation et les efforts communautaires visant à mettre fin au paludisme, à améliorer la santé maternelle et infantile et à faire progresser l’accès aux soins de santé universels », indiqué un communiqué parvenu à Radio7 Online.

Le dévoilement de la « Kenya Malaria Youth Army (KeMYA) » s’appuie sur le programme audacieux et ambitieux du président Uhuru Kenyatta, président de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA), pour éliminer le paludisme en Afrique. 

Dans son programme en quatre points, le Président Kenyatta a envisagé une « armée de jeunes ALMA »  pour contribuer à mettre fin au paludisme et  étendre la couverture sanitaire universelle.

« Le moment est venu d’exploiter le potentiel des jeunes pour éliminer le paludisme d’ici 2030 et de travailler avec eux pour une prestation plus rapide et plus efficace des services de santé à tous les niveaux », a déclaré le président Kenyatta.  Avant d’ajouter que « les jeunes constituent la majorité de notre population, le partenariat avec les jeunes était un chaînon manquant dans nos efforts concertés en tant que leaders pour vaincre le paludisme ».

Soutenir les efforts de prévention et de contrôle du paludisme

La KeMYA sera composée de jeunes âgés de 15 à 35 ans et s’appuiera sur les plateformes de jeunes existantes, notamment des groupes de jeunes, des alliances de jeunes, des conseils de jeunes, des sociétés de jeunes et des associations de jeunes au Kenya.

Pour remplir son mandat, l’armée de la jeunesse soutiendra les activités de sensibilisation communautaire et la diffusion de messages sur le paludisme, dans le but de mener des actions vers l’élimination du paludisme. L’armée plaidera aussi pour la mobilisation des ressources et la mise en œuvre des politiques, tout en soutenant les efforts de prévention et de contrôle du paludisme au niveau communautaire. 

Celles-ci comprennent des actions destinées à la communauté, notamment la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide, la pulvérisation de larvicides sur les sites de reproduction du paludisme et la pulvérisation intradomiciliaire à effet rémanent des maisons dans les comtés du lac et côtiers sujets au paludisme du Kenya.  Les jeunes prendront également l’initiative d’innover et d’étendre la fourniture d’outils éprouvés qui permettront de prévenir, diagnostiquer ou traiter les infections palustres dans le but de sauver des vies.

Nécessité d’une surveillance et d’un partage des données

Lors du lancement qui a eu lieu à Kilifi, le président Kenyatta a appelé les jeunes à faire entendre leur voix pour défendre une plus grande responsabilisation des décideurs gouvernementaux et du secteur privé, et pour le renforcement des systèmes de santé. Il a souligné la nécessité pour les jeunes de plaider en faveur d’une surveillance et d’un partage des données améliorés sur le paludisme, et pour que les espaces de prise de décision sur le paludisme soient plus inclusifs.

« Il n’y a pas eu de meilleur moment pour que la jeune génération défende son propre avenir – le moment est venu de s’approprier l’agenda du paludisme.  J’encourage la communauté du paludisme à tirer parti de la campagne des jeunes #KenyaNiMimi, du Sawazisha Gumzo du Conseil national de la jeunesse et d’autres initiatives pour le dialogue et l’engagement des jeunes dans les processus sociaux, économiques et de leadership dans le pays pour contribuer au paludisme et à la santé et à la santé au sens large.  programme de développement », a déclaré le président Kenyatta.

Il a également exhorté les jeunes à soutenir les activités de prévention et de contrôle du paludisme au niveau local. Le projet Kenya-Cuba, récemment lancé au Ministère de la Santé, incitera également les jeunes à pulvériser des larvicides sur les sites de reproduction du paludisme.

« Toutes les deux minutes, le paludisme tue un enfant. Cette maladie mortelle vole notre avenir depuis bien trop longtemps. À partir d’aujourd’hui, nous démontrerons qu’en tant que jeunes, si nous nous unissons, nous sommes la génération qui éliminera le paludisme de notre vivant », a déclaré Roy Sasaka Telewa, directeur général du Conseil national de la jeunesse.

Par ailleurs, le public a assisté, lors du lancement de ce mouvement, à une démonstration sur l’utilisation de la technologie des drones dans la pulvérisation des sites de reproduction des moustiques – une initiative du End Malaria Council. L’initiative démontre l’utilisation du partenariat public-privé dans les efforts de lutte contre le paludisme.

Le Kenya devient le premier pays d’Afrique et du monde à lancer une armée nationale de jeunes contre le paludisme.  La Kenya Malaria Youth Army a été créée en partant du principe que, bien que des progrès significatifs aient été réalisés dans la lutte contre le paludisme, des mesures doivent être prises pour accélérer les progrès et surmonter les défis liés au COVID-19.  L’armée de la jeunesse repose également sur l’idée qu’un engagement significatif des jeunes est essentiel pour générer des gains vers une meilleure santé et un meilleur bien-être pour tous.

Par Stanislas NTAMBWE