RDC : La loi de finances 2022 chiffrée à 20 mille milliards FC déposée à l’Assemblée nationale

RDC : La loi de finances 2022 chiffrée à 20 mille milliards FC déposée à l’Assemblée nationale

17 septembre 2021 0 Par Rédaction

Le mercredi 15 septembre 2021, le Premier ministre congolais, Jean-Michel Sama Lukonde a déposé le projet de loi de finances de l’exercice 2022, portant reddition de comptes de l’année 2020 ainsi que la loi rectificative 2021. Ce qui est une première pour le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) de se conformer à la loi.

Dans le cadre de la loi de finances 2022, le gouvernement brise la barre de 20 mille milliards de francs congolais, soit environ 10 milliards USD. Il se constate un accroissement de plus ou moins 40% pourcent par rapport à l’exercice budgétaire 2021 qui s’élevait à 14 milliards. Et pour la loi rectificative de l’année 2021, c’est à peu près un accroissement de 13%. C’est-à-dire que, le gouvernement s’est lancé sur la bonne voie et entend travailler dans ce sens.

Les priorités sont restées les mêmes dans le cadre d’un programme du gouvernemental adopté en avril dernier, avec comme priorités : la lutte contre l’insécurité ; le secteur social (la santé, l’éducation et l’appui aux réformes) ; à la préparation du processus de recensement et les élections de 2023 qui doivent être organisées dans le délai.

« Je voudrais affirmer ici que je suis venu comme Premier ministre accompagner des membres du gouvernement pour assister à l’ouverture de la session parlementaire de septembre 2021, essentiellement budgétaire. Et à cette occasion, nous avons voulu respecter l’esprit de la Constitution, en son article 66 qui exige au gouvernement de déposer le projet de loi de finances au plus tard le 15 septembre », a déclaré Jean-Michel Sama Lukonde.

C’est dans ce même cadre que, le gouvernement congolais a projeté de déposer d’autres textes pour se conformer à la loi. Sur cette voie, des efforts accrus seront entrepris par le gouvernement, en partenariat avec tous les acteurs politiques et économiques en vue de l’accroissement des recettes.

Par Stanislas NTAMBWE