A partir de New-York, Tshisekedi joue la carte diplomatique pour la paix en Afrique

A partir de New-York, Tshisekedi joue la carte diplomatique pour la paix en Afrique

24 septembre 2021 0 Par Rédaction

C’est une suite logique. Après le ton donné, mardi 21 septembre 2021 du haut de la tribune des Nations unies à la faveur de la 76ème session de l’assemblée générale pour l’adoption des politiques sécuritaires concertées face au djihadisme en Afrique, le président de la RDC et président en exercice de l’Union africaine, Félix-Antoine Tshisekedi, distille son approche diplomatique sur d’autres questions essentielles d’actualité du continent africain.

Mme Rebecca Nyandeng De Mabior, vice-présidente du Soudan du Sud, reçue par le président F. Tshisekedi

Des relations bilatérales entre états, notamment pour son propre pays, la RDC, et la Zambie où il y a peu, des villages entiers étaient revendiqués par les deux pays, des avancées enregistrées dans l’accord de paix signé par les protagonistes dans le Soudan du Sud qui est sur la voie de la fin d’un long conflit qui a dévasté ce jeune état, et bien d’autres questions sécuritaires dans la sous-région des Grands Lacs, le chef de l’Etat congolais et président de l’UA a ouvert les portes de son bureau momentané à New-York où il séjourne à plusieurs personnalités.

Peter Pham, ancien représentant américain dans la région des Grands lacs africains, trçu par le président Félix Tshisekedi

Le président zambien Hakainde Hichilema ; Mme Rebecca Nyandeng De Mabior, la vice-présidente du Soudan du Sud ; Peter Pham, ancien représentant américain dans la région des Grands lacs africains, etc., ont tour à tour, échangé avec Félix Tshisekedi.

Au four et au moulin, le président en exercice de l’Union africaine tient à imposer son rythme, celui d’une nouvelle Afrique active dans l’échelle internationale.

Félix Tshisekedi pose à New York avec son homologue zambien.

A New-York où il séjourne encore, Félix Tshisekedi partage sa vision des choses dans l’objectif ultime de voir l’Afrique et les africains mettre à profit les potentialités que dispose le continent pour le développement effectif.

Pour tous les problèmes qui minent le continent surtout dans l’aspect des relations entre état, Félix Tshisekedi se veut chantre de la diplomatie. Il en prêche par l’exemple pour son pays, la RDC où il y a quelques mois, l’armée zambienne avait occupé pendant plusieurs semaines des villages entiers revendiquant la souveraineté sur les lieux. C’est l’approche diplomatique qui a pris le dessus avec la mise en place d’une équipe technique mixte entre les deux pays pour les travaux de pose des bornes sur le tronçon de frontière long de plus ou moins 205 Km.

Même si la question n’a pas filtré lors de la rencontre entre Félix Tshisekedi et le président Zambien Haikande Hichilema, il est fort à parier que les deux chefs d’Etat aient évoqué la question au cours de l’audience que le président congolais a accordé, mercredi 22 septembre, à son homologue zambien Hakainde Hichilema.

Ce dernier s’est dit amplement satisfait de cette rencontre avec son homologue congolais. L’entretien, note-t-on, entre les deux hautes personnalités ont tourné autour des relations bilatérales et de bon voisinage.

« Nous sommes deux pays frères.  Nos  problèmes  doivent  être résolus autour d’une table dans un esprit de fraternité. Nos deux pays ont  un  grand  potentiel  dont  on peut faire bénéficier nos deux peuples », a fait savoir le président Zambien au cours d’une interview exclusive accordée à la presse présidentielle.

Dans la foulée, Félix Tshisekedi a reçu Mme Rebecca Nyandeng De Mabior, la vice-présidente du Soudan du Sud. Selon ses dires, elle était venue faire part au président de la RDC qui revêt en même temps la casquette du président en exercice de l’Union africaine (UA), des avancées enregistrées dans l’accord de paix signé par les protagonistes dans son pays. Il s’agit d’une avancée qui met en exergue l’unité de but que les dirigeants régionaux ont affiché en cherchant un terme à ce conflit tragique.

L.P.