RDC : Sama Lukonde annonce la création d’une banque nationale pour financer le secteur agricole

RDC : Sama Lukonde annonce la création d’une banque nationale pour financer le secteur agricole

27 septembre 2021 0 Par Rédaction

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, annonce la création d’une grande banque nationale de développement pour financer le développement de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage en République démocratique du Congo (RDC). Il l’a dit ce lundi 27 septembre 2021, à l’ouverture officielle du Forum national sur les états généraux de l’agriculture, organisé par le Ministère de l’Agriculture, au Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa.

Ce Forum dont le thème est: « L’agriculture, clé de la croissance économique durable et de la réduction de la pauvreté en République démocratique du Congo », vise à rendre vivante l’option levée par le Gouvernement : initier la revanche du sol sur le sous-sol par la relance du secteur agricole pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de ses populations. Ce, en établissant les états des lieux du secteur agricole et en pensant aux actions à mener pour relever les défis identifiés par le Gouvernement dans ce secteur.

Il s’agit notamment, de sécuriser et moderniser les systèmes de production agricole pour améliorer durablement la productivité des filières par un meilleur accès aux facteurs de production, aux marchés et par l’amélioration de l’environnement juridique et judiciaire en vue d’une bonne gouvernance du secteur agricole ; vaincre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle afin de réduire significativement le niveau de pauvreté des populations rurales et mobilier les investissements conséquents pour permettre à tous les acteurs du secteur agricole de jouer pleinement leurs rôles dans la modernisation du pays.

Dans son mot d’ouverture, Jean-Michel Sama Lukonde a annoncé la création imminente d’une grande banque nationale de développement en RDC. Il a ainsi appelé les cadres du pays à « se préparer pour se construire, dans les tout prochains jours, un toit et un champ au village ».

« La revanche du sol sur le sous-sol »

« La revanche du sol sur le sous-sol », est un concept fondé sur le primat de l’agriculture sur tous les autres secteurs de l’économie, spécialement sur le secteur minier. Ce primat repose sur la conviction qu’aucun développement durable d’une nation n’est possible s’il ne repose sur ce secteur primaire de l’économie, qu’est l’agriculture, cinquième pilier du programme d’actions du Gouvernement de l’Union sacrée de la nation.

« La diversification de notre économie et la création des conditions d’une croissance exclusive, constituent le cinquième pilier du programme d’action du Gouvernement, programme coulé dans la vision du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi. Cette diversification repose essentiellement sur l’agriculture (vivrière ou industrielle) ainsi que sur la pêche et l’élevage. Aucune croissance économique, aucun progrès social, aucun développement durable d’une Nation n’est possible s’il ne repose sur ce secteur primaire de l’économie », a déclaré Jean Michel Sama Lukonde.

Et d’ajouter ; « Mon Gouvernement a clairement pris l’option de ne plus reposer tous les espoirs du développement national uniquement sur le secteur des Mines. Désormais, aux côtés notamment du tourisme, de la transition écologique, l’agriculture redeviendra réellement dans ce pays la priorité des priorités », a martelé le Premier Ministre.

Au-delà de la création d’une grande banque pour financer le développement de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, le Chef du Gouvernement a également annoncé le lancement d’une campagne agricole. C’est ainsi qu’il dit attendre de ce forum, « toutes les propositions nécessaires et suffisantes pour faire de notre agriculture le premier secteur de la croissance économique et sociale ».

« Absence d’une politique adéquate »

Pendant trois jours, soit su 27 au 29 septembre, les 5 thématiques du forum devront faire un diagnostic sur les forces, les faiblesses et les perspectives. Ils devront identifier et analyser les différentes contraintes qui bloquent la production, la transformation, la certification biologique et équitable, la recherche agronomique et la commercialisation des produits agricoles afin d’en formuler les recommandations idoines et/ou des pistes de solution pragmatiques.

Le forum devra aussi assurer l’exposition et la promotion des produits locaux bio de qualité, pour stimuler la population à consommer les produits agricoles « made in DRC ». Il devra de même encourager les producteurs et les transformateurs locaux à contribuer à la sécurité alimentaire, à la création d’emplois ainsi qu’à l’amélioration du cadre de vie décent de la population en termes de sécurité alimentaire, de l’accès aux services sociaux de base tels que l’eau potable, l’éducation, l’énergie, l’habitat décent, etc.

Avec ses 80 millions d’hectares de terres arables, la RDC est un pays à vocation essentiellement agricole. Le pays a des potentialités agricoles indéniables portant essentiellement sur la disponibilité des terres cultivables, la fertilité naturelle des sols, la grande diversité climatique et d’importantes ressources naturelles encore sous exploitées. Cependant, seulement 8 millions de ces hectares sont consacrés aux cultures et aux pâturages. Son secteur agricole est caractérisé par plusieurs contraintes qui en freinent le développement. Notamment, l’absence d’une politique adéquate.

Par ailleurs, ces assises sont une occasion pour le pays d’améliorer sa gouvernance et le financement du secteur agricole, l’accès au marché des produits agricoles et la valorisation des produits.

Par Stanislas NTAMBWE