Les journalistes formés sur le système d’intégrité publique pour lutter contre la corruption

Les journalistes formés sur le système d’intégrité publique pour lutter contre la corruption

29 décembre 2021 0 Par Rédaction

Le Gouvernement de la RDC, sous l’impulsion du président de la République, Félix Tshisekedi, a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille pour l’instauration d’un Etat de droit. Mais, La transversalité et la complexité de la corruption exige la mutualisation des efforts de tous les acteurs pour venir à bout de ce fléau qui gangrène notre société.

Le rôle des journalistes et des organisations de la société civile devra être activé pour renforcer le leadership requis dans la surveillance de l’action publique. Ce qui aiderait à améliorer le dispositif de la dénonciation, de surveillance et de plaidoyer, aggravés par un environnement institutionnel, juridique et politique encore peu favorable à l’exercice du contrôle citoyen de l’action publique et à la promotion de la redevabilité.

Dans le cadre de son projet d’appui à la lutte contre la corruption, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a organisé, du 20 au 23 décembre 2021, à Zongo (Kongo Central), une session  de formation axée sur le thème : « Journalisme d’investigation et système d’intégrité publique en RDC », à l’intention des journalistes et acteurs de la société civile.

« Investigateurs du contrôle citoyen »

Au total, 40 personnes dont 25 journalistes et 15 délégués de la société civile venus de différentes provinces de la RDC, ont bénéficié de cette formation animée par les experts du PNUD. Elle s’est déroulée dans une approche d’échanges interactifs, caractérisés par des déclinaisons introductives thématiques. En l’occurrence, les fondements constitutionnels et normatifs de la lutte contre la corruption ; leadership dans la surveillance publique ; journalisme d’investigation dans la lutte contre la corruption.

« La session vise à stimuler et à renforcer les capacités des hommes et des femmes journalistes sur les questions relatives à la promotion de la redevabilité à travers la lutte contre la corruption afin d’enrichir leurs connaissances pour traiter et vulgariser les différents outils de contrôle citoyen ; Améliorer les connaissances des journalistes sur les différents mécanismes de lutte contre la corruption ; Promouvoir le leadership communicationnel des journalistes et activistes des droits humains en les positionnant comme des vrais investigateurs du contrôle citoyen et créateurs des messages de dénonciation des situations de corruption ; Renforcer le partenariat entre le PNUD et les médias en donnant les clés du nouveau programme de lutte contre la corruption et le rôle dans l’appui au développement de la RDC », a expliqué Joseph Mango, chargé de projet corruption au PNUD.

« Affirmer le leadership dans le journalisme d’investigation »

Après quatre jours de formation, les apprenants ont compris les défis et l’impact de la corruption dans la société. Ils sont à présent à même de vulgariser les différents outils de contrôle citoyen et de lutte contre la corruption ; d’élaborer et produire des tranches spécialisées sur la redevabilité de l’impact de la corruption sur la population, dans les médias locaux. Pour lier l’utile à l’agréable, la thématique de la lutte contre la corruption a été ainsi intégrée dans le plan d’actions du Réseau des communicateurs pour le développement (RCD) en vue de mener une lutte collective contre ce fléau qui mine le développement du pays.

A l’issue de la formation, les apprenants sont devenus des vrais champions en matière de communication sur la lutte contre la corruption et entendent ainsi affirmer leur leadership dans le journalisme d’investigation par les activités de terrain.

Par ailleurs, il faut reconnaitre qu’au niveau national, des avancées sont à noter dans l’adoption ou la mise à jour de textes spécifiques sur la lutte contre la corruption, la conduite des agents publics, la gestion des marchés publics, ainsi que la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Ce, pour parvenir à une diminution sensible et durable de la corruption en RDC. 

Par Stanislas NTAMBWE